Producteur de Miel

Type de produit: 

Miel, pain d'épices, bougie, bonbon

Rémy Deramecourt

Initié à l’apiculture dès mon plus jeune âge par mon père, j’ai toujours été en contact avec les abeilles. A l’âge de 12 ans, j’ai eu ma première ruche ainsi que ma première récolte de miel. J’ai beaucoup appris sur le développement des abeilles et la marche à suivre pour une bonne qualité de miel. Au fil des années, mon nombre de ruches n’a cessé de croître. En parallèle de mes études, j’ai continué l’apiculture me permettant
d’avoir un peu d’argent de poche. Dès mon premier emploi, n’étant plus disponible, j’ai confié mes ruches à mon père.


Depuis deux ans, après avoir changé de parcours professionnel, je peux à nouveau me consacrer pleinement à ma passion des abeilles. Mon projet tel que je le conçois aujourd’hui est de devenir apiculteur pour atteindre le seuil de 150 ruches avec une dizaine d’emplacements. Je vais décrire de manière succincte l’apiculture telle que je souhaite la développer, bien différente de celle pratiquée par de nombreux professionnels. La première notion est celle du développement durable, c’est à dire un développement des abeilles dans un souci de continuité des colonies. La principale conséquence est le non achat de reines fécondées en début d’année pour la reformation du rucher. La deuxième notion est l’abeille au cœur de l’apiculture et non le miel. En effet, je privilégie davantage le développement de l’abeille plutôt que la production de miel. A titre d’exemple, je laisserai plus de miel en réserve pour l’hiver plutôt que de nourrir à profusion avec des aliments industriels en automne. La troisième notion est l’élaboration d’un miel de qualité. Effectivement, le choix des emplacements est primordial et se fait sur le côté « naturel » (bois, montagne, …). Enfin, je m’efforce que les traitements subis par les abeilles, soient le plus naturels possible ou limitent au maximum les pertes des colonies.

Concernant la commercialisation, j’opte pour le circuit court à savoir le bouche à oreilles et l’Amap. Pour ma part, il est essentiel qu’une relation de confiance s’établisse entre l’apiculteur et le client. J’ai fait appel à l’Amap pour plusieurs raisons. La première est une vente en circuit court. Il est dommage d’acheter du miel étranger alors que le miel de Haute Savoie est de très bonne qualité gustative. De plus, je souhaite que les personnes sachent d’où vient et comment est fabriqué le miel. Et, enfin, je compte sur le soutien des Amapiens pour mener à bien mon projet et développer l’apiculture naturelle

 

 

Téléphone portable: 

06.88.02.02.32

Emplacement

Le Rucher des 3 Ours
124 route de Limargue
74380 BONNE